Nazarena France

ASSOCIATION NAZARENA - FRANCE
144 rue de l'Arnel, 34070 Montpellier
Tel+33 4 67 20 12 59

COMPTE-RENDU DE L'ASSEMBLEE GENERALE DE NAZARENA-FRANCE

le 22 septembre 2018 à Orsay

L’Assemblée Générale Ordinaire de Nazarena-France s’est tenue à Orsay chez Pierre et Juliette CHAZAN le samedi 22 septembre 2018

12 membres présents, 20 pouvoirs, soit 32 votants

1 - Rapport moral de la présidente – Faits marquants de l’année 2017 – situation présente du village d’Aboalimena

L'année 2017 a encore été une année difficile du point de vue de la sécurité. Notre mission s’est déroulée du 1er octobre au 17 novembre, durant laquelle nous étions pour la 3ème année consécutive 4 bénévoles : Jean-Bernard et Suzanne Chazan, Noèle Silie et Françoise Thabeault. Nous avons noté que la situation sécuritaire était loin de s’arranger dans le contexte de la préparation des élections présidentielles

Rappelons qu’en 2017 l’association a obtenu un financement de 15000 € pour le programme de développement triennal du CFPANA, sur la base d’un projet déposé sous le nom de « Jeunes Agriculteurs du Menabe » auprès de l'Agence Micro Projets (AMP) fonctionnant en partie sur des fonds de l’Agence Française de Coopération. En conséquence, notre budget de 2018 à 2020 sera pratiquement doublé puisque les cotisations annuelles de nos membres se montent en moyenne à 5 000 Euros. Le projet a donc été lancé dès le 4e trimestre 2017sur la base d’un programme très détaillé des actions à mener et d’indicateurs de résultats à renseigner au fur et à mesure de son avancée. Une partie de ces nouveaux moyens a été consacrée en 2017 à terminer le programme de construction du centre. Le troisième bâtiment est achevé, le second bâtiment a été réhabilité, et des opérations de maintenance ont été réalisées. L’effort a porté sur la transformation du Centre de Formation Professionnelle Agricole Nazarena en une ferme-école capable de produire et rentabiliser ses productions : cultures collectives d’arachide et de maïs, élevage, apiculture.

Nous avons aussi obtenu une aide de 3000 €uros de la "région Occitanie pour la création d'une "maison des femmes" sur le site du centre à Aboalimena. L’ouverture du CFPANA aux femmes d’Aboalimena sera un facteur de stabilité et de pérennité de nos actions. Une salle du 3e bâtiment sera affectée à la maison des femmes et nous construirons un auvent pour y accueillir les jeunes enfants. Une couturière a été embauchée pour donner des cours de couture.

En raison d’une conjoncture défavorable (ouverture de classes de 6e/5e par l’école primaire, concurrence des modules de formation courte et insécurité persistante), le recrutement possible à la rentrée 2017 était trop restreint pour permettre une année normale. L'une des premières conséquences de l’insécurité a été que les élèves non résidents d'Aboalimena sont rentrés dans leur village. En conséquence, le CFPANA n'a pas recruté d'élèves de 1ère année pour la seconde fois consécutive La formation « longue » a donc été gelée sauf pour les 6 élèves entrés en 3e année et préparant leur diplôme. En décembre 2017, 5 nouveaux élèves du CFPANA ont obtenu leur diplôme à la suite de la « mini-soutenance » devant un jury indépendant d’un mémoire sur un projet de leur choix, l’un d’entre eux avec mention « très bien » et 4 avec mention « bien ». Les 3 élèves inscrits en 3e année à la rentrée 2017 poursuivront leur cursus avec la préparation théorique et pratique d’un projet de création d’entreprise et un soutien personnalisé au cours de l’année 2018.

En conclusion la présidente note que bien qu’un certain nombre de nos membres aient disparu, la générosité de nos donateurs ne faiblit pas et elle tient les remercier de leur fidélité et de la confiance qu’ils nous témoignent nous permettant d'agir continûment sur les conditions de vie et de travail des habitants de cette commune d'Aboalimena en prise aux aléas de la production agricole et menacée par l’insécurité.

Enseignement du français

Noèle Silie et Françoise Thabeault font part de leur expérience d’enseignement du français en 2017. L’absence d’un recrutement suffisant a un impact négatif sur l’enseignement qu’il est possible de donner. Alors que les méthodes des deux bénévoles se sont structurées pour mieux s’adapter au public, elles notent que de manière générale que les élèves sont peu motivés. Leur présence est aléatoire. Pour les intéresser, on fait moins de grammaire, on utilise le dictionnaire, et on fait plus d’oral : dialogues, mots croisés, projection de films, en bref un enseignement sur le mode ludique.
En 2018, les cours pourraient être aménagés de façon différente en regroupant les élèves selon leurs niveaux et en incluant des adultes désireux d'apprendre le Français. Nous avons en effet identifié cette demande à Aboalimena. Une évaluation sera faite à la rentrée par les bénévoles

2- Rapport financier présenté par Jean Bernard Chazan, approbation des comptes de l’exercice 2017 – Avancement du programme triennal et budget prévisionnel 2018

Situation financière de Nazarena-France

Sur les subventions obtenues, 15 000 € de l’Agence Micro Projets (AMP) et 3 000 € de la région Occitanie, 10 000 € de l’AMP ont été perçus en 2017. De ce fait la trésorerie de Nazarena France est restée florissante d’autant plus que les cotisations de nos membres se sont maintenues à un niveau élevé de 6035 €. Les subventions actées en 2017 sont intégrées aux produits de l’exercice mais une ligne d’engagement de dépenses à réaliser vient compenser ces subventions de façon que le résultat ne se trouve pas artificiellement bénéficiaire. Les cotisations se sont montées à 6 035 € en 2017, pour 38 cotisations, soit une moyenne de près de 160 €, ce qui confirme la vitalité et la stabilité de notre association. Toutes les cotisations et les dons ont été enregistrés et un reçu fiscal a été délivré pour tous. Pour 2018, à la date du 10 septembre, 20 personnes ont cotisé pour un montant de 3145 €, et nos membres cotisants pour 2017 sont au nombre de 40.

Présentation du Compte de Résultat de l’exercice 2017

Au chapitre des recettes figurent les cotisations et dons de l’exercice et « à recevoir » les cotisations dont le montant n’a été perçu qu’après le 1er janvier 2017, et comme nous l’avons indiqué plus haut les deux subventions actées en 2017.
Le poste « transfert de charges » correspond comme à l’ordinaire aux dépenses réalisées par les bénévoles pour le compte de l’association ou dans le cadre des missions de l’association, et dont ils ne demandent pas le remboursement. Ce poste est sensiblement constant. Les dépenses affectées au budget du CFPANA et résumées dans le tableau précédent ont été globalisées sous la forme d’une subvention d’exploitation d’un montant équivalent.
Le résultat de l’exercice est un « bénéfice » de 3 785 € qui reflète une capacité à investir et tient compte d’un engagement de ressources affectées au programme de 11 080 e

Présentation du bilan de l’exercice 2017
Le bilan montre une trésorerie florissante en rapport avec la subvention déjà perçues, soit 10.000 € pour le projet AMP. Le solde de cette subvention et la subvention de la région Occitanie sont portés à l’actif en « subvention à recevoir » et le bénéfice enregistré au cours de l’exercice se trouve inscrit au passif. Une ligne de fonds dédiés correspond aux subventions déduction faite des dépenses réalisées en année 1 du programme. Une caisse a été constituée à notre départ de Madagascar pour répondre aux besoins de fonctionnement jusqu’à la prochaine mission. Le solde de cette caisse fin 2017 est de 519 €, et un solde de l’année 2017 de 495 € sera apuré en 2018.

Vérification
Nos comptes ont été soumis à l’expertise de Carole Senelis, commissaire aux comptes. Cette vérification n’entre pas dans le cadre d’une obligation légale. Elle est effectuée à titre amical pour fournir à notre association un avis indépendant sur la tenue des comptes et sur la situation financière de Nazarena-France.

Décision de l’Assemblée générale

L’assemblée générale approuve les comptes de l’exercice 2017 et donne quitus de leur gestion au président et au trésorier. Cette décision est prise à l’unanimité des membres présents ou représentés

3- Objectifs prioritaires de la mission 2018

La mission 2018 est centrée sur la dynamisation de l'association locale de Nazarena-Madagascar et l’autonomie du Centre de Formation Professionnelle Agricole Nazarena d’Aboalimena(CFPANA). En effet, nous devons penser à l’avenir et au jour où notre association Nazarena-France ne sera plus en mesure d’apporter l’aide technique et financière que nous lui apportons aujourd’hui. Pour cela, nous soutiendrons le président-fondateur actuel, Dera Haidaraly, dans son rôle de directeur du CFPANA dont le statut est celui d’un établissement d’enseignement professionnel privé.

Recruter des élèves et des enseignants pour le CFPANA
Nous cherchons à renforcer l’équipe d’enseignants et à trouver enfin l’adjoint dont a besoin le directeur. Pour les 3années à venir, le budget est assuré, mais le recrutement dans une zone rurale isolée et en proie à l’insécurité reste difficile.
La question de la compétence des enseignants recrutés est posée. Le niveau adapté serait celui de technicien agricole, pour lequel il existe un certain nombre d’écoles à Madagascar. Toutefois ces techniciens sont très demandés, notamment par les bailleurs de fonds, et peu d’entre eux sont des côtiers désireux de rejoindre un village isolé comme Aboalimena.

Développer et rentabiliser les productions du CFPANA

En 2018, le CFPANA sera donc moins un centre de formation professionnelle théorique et pratique d'agriculture et d'élevage destiné à des élèves qu’une "ferme-école" dont la réussite doit être une incitation pour ses futurs recrutements. L’accent sera mis sur le développement des productions, mais aussi, et pour la première fois sur une analyse détaillée des conditions d’exploitation de la commercialisation et de la rentabilité. Les élèves, un de seconde année et 3 de 3e année, ainsi que les diplômés seront pris en charge pour leur formation pratique qui continue et ils participent comme journaliers rémunérés aux cultures collectives et aux activités d’élevage. La réussite de la "ferme-école" doit montrer à tous les paysans qu'on peut vivre de l'agriculture et de l'élevage.

Lancer la Maison des Femmes

Cette opération lancée en 2017 avec la réunion d’un groupe de femmes du village et la construction d’une structure adaptée sera mise en œuvre en 2018. Des cours de cuisine et de couture seront mis en place avec la participation des bénévoles de Nazarena-France et la couturière recrutée à cet effet. En parallèle des activités et des jeux éducatifs seront organisés pour les enfants de 0 à 5 ans qui accompagnent leur mère et seront occupés à jouer, peindre etc.… tandis que leurs mères se répartiront, selon leurs vœux, entre la cuisine et la couture, l’une d’entre elles étant chargée de l’encadrement des enfants à proximité immédiate de leur mère. Des conseils d’hygiène – lavement des mains, propreté, tabliers – seront donnés ainsi que les soins qui seraient éventuellement nécessaires

Suivre les entreprises agricoles créées par les élèves

3 élèves du CFPANA se présenteront pour le diplôme de fin d'études. La présidente est plus particulièrement chargée du suivi de la rédaction finale de ces projets, de façon à ce que chacun d’entre eux soit bien replacé dans le contexte social et historique de la région dont les élèves sont originaires. C’est également une occasion de proposer à ces jeunes agriculteurs une vision plus large de leur activité et du rôle qu’ils auront à jouer dans la société. Le CFPANA compte à ce jour huit diplômés.

4- Problèmes fonciers à Madagascar et sécurisation des terres.

La présidente rappelle le contexte mondial de l’exploitation des ressources naturelles qui n’épargne pas Madagascar. Ainsi 5000 ha de terres ont été pris aux paysans dans la région de Morombe. On constate avec ce « land grabbing » la fin du droit foncier traditionnel encore garanti sous les régimes coloniaux, accordé sous condition de la mise en valeur des terres. Aujourd'hui, ce droit foncier traditionnel est partout usurpé par les migrants, les étrangers qui ont partie liée avec l'Etat et par l'Etat lui-même, « propriétaire » de la terre.

Le CFPANA dispose de terres de cultures acquises selon le droit foncier traditionnel réparties entre terres inondables par les crues du fleuve Manambolo et en terres sèches de brûlis forestiers. Le projet de Nazarena-France, ONG qui travaille en partenariat avec le gouvernement, est à considérer comme une "opération de développement". A ce titre nous nous proposons d'engager l'immatriculation des terres du CFPANA en commençant par le bornage et l’inscription au cadastre et de mener une négociation avec les autorités régionales.


5- Renouvellement du Conseil d’Administration

Sont candidats :
1) Suzanne Chazan, présidente sortante
2) Jean Bernard Chazan, trésorier sortant
3) Anne Laure Mekki, secrétaire sortante
4) Julie Peghini, vice-présidente sortante
5) Bruno Gilbert Royet, vice-président sortant
6) Françoise Thabeault

A l’issue d’un vote à main levée et tenant compte des pouvoirs reçus, les candidats sont tous élus comme membres du Conseil d’administration à l’unanimité des membres présents et représentés

6- Questions diverses

• Il est demandé au trésorier de faire des relances annuelles auprès des adhérents, même si ceux-ci sont à jour dans leur grande majorité
• Une séance du Conseil d’administration de Nazarena-France se tiendra à l’issue de l’Assemblée générale en vue de l’élection du bureau de l’association.

La présidente,

Suzanne Chazan